menu Menu
Mécanique de l'infime
Publié en Aphorismes, Blog, Linguistique, Littérature, Méthodologie, Philosophie, Sociologie le 5 février 2007 1 minute(s) de lecture
Méta-morphoses Précédent Vertiges idéalistes Suivant

Portrait de Victor Klemperer

-Je veux porter témoignage.
-Tout ce que vous écrivez, on le sait déjà, et les grandes choses, […] vous ne les connaissez pas.
-Ce ne sont pas les grandes choses qui importent, mais la tyrannie au jour le jour que l’on va oublier. Mille piqûres de moustiques sont pires qu’un coup sur la tête. J’observe, je note les piqûres de moustiques.

C’est avec cette courte argumentation que Victor Klemperer justifiait sa folle entreprise qui le mena à noter, des années durant et au péril de sa vie, les dispositifs d’aliénation de l’Allemagne nazie.

Il est intéressant de noter qu’en archivant les incohérences de cette cacolangue du troisième Reich (la fameuse LTI), le professeur travaillait à l’exact opposé du Winston Smith d’Orwell. Comme toujours, une si parfaite opposition ne va pas sans un certain consensus d’arrière-fond. La démarche historiciste et émancipatrice de l’homme comme le travail d’aliénation et d’oubli accompli par le personnage s’accordent pour faire de la langue la matière des possibles.

Cette imbrication de l’humain et du linguistique (comme du récit) donne à penser que Sartre avait raison en concluant Qu’est-ce que la littérature par ces mots:

Bien sûr tout cela n’est pas si important: le monde peut fort bien se passer de la littérature. Mais il peut se passer de l’homme encore mieux.


Précédent Suivant

  1. Criminelle désinvolture de Sartre!
    Si la langue est la matière des possibles on peut en effet s’en passer. Si elle est la marque de l’impossible on ne peut ni s’en passer ni se passer de l’homme qui en est marqué.

  2. Pourquoi ne pourrait-on pas se passer de l’impossible? Et comment l’homme est-il marqué par cet impossible?
    Ne serait-ce pas juste une tournure de Sartre pour nous dire qu’il y a bien d’autres maux sur la terre, autres que les mots?

  3. C’est en effet ce que Sartre a dû vouloir dire; d’où, sans doute, son «engagement» politique et social. Freud aurait pu lui montrer qu’il n’y a pas d’autre maux humains que les mots, mais surtout Sartre aurait pu le découvrir lui-même s’il avait été un écrivain et non pas un penseur qui écrit.

Les commentaires sont fermés.

keyboard_arrow_up