menu Menu
Grand Jacques
Publié en Aphorismes, Blog, Littérature le 5 avril 2006 1 minute(s) de lecture
Unicité Précédent Ere liquide Suivant

La couverture du livre \

Dire que s’il s’est mis à chanter, c’est que personne ne voulait de ses textes. Aujourd’hui c’est bien simple, ses vers et ses interprétations sont comme soudés. Ouvrez-la donc cette intégrale, et vous l’entendrez chanter ce Grand Jacques, au retour d’un couplet, au détour d’un regret.
Parmi des milliers de bons mots, place à un extrait de vieille. Tout un poème…

C’est pour pouvoir leur dire à ces matrones
Qui mille fois m’ont condamnée
“Comment voulez-vous que l’on vous pardonne
Vous qui n’avez même pas péché”


Précédent Suivant

  1. Eh bien moi pour ma première intervention ici j’y ajouterai ceci:

    Bien sûr il y a nos défaites
    Et puis la mort qui est tout au bout
    Nos corps inclinent déjà la tête
    Étonnés d’être encore debout
    Bien sûr les femmes infidèles
    Et les oiseaux assassinés
    Bien sûr nos cœurs perdent leurs ailes
    Mais mais voir un ami pleurer!

    in voir un ami pleurer, 1977

Les commentaires sont fermés.

keyboard_arrow_up