menu Menu
Une formation continue en art génératif
Description et enjeux de la formation continue du 21.05.2021
Publié en EPFL, Esthétique, FCUE, Humanités, Informatique, Médiation, Numérique, UNIL le 9 octobre 2020 2 minute(s) de lecture
Précédent Un·e prof de jeux vidéo en Section des sciences du langage et de l'information (SLI) Suivant
Oeuvre de Rafik Anadol, à Vevey Images (2020)
Installation de Refik Anadol, présentée dans le cadre de Vevey Images 2020.

Accès direct à la page d’inscription sur le site de la FCUE.

A en croire mes flux instagram, nous avons été nombreuses et nombreux à nous extasier devant Melting Memories de Refik Anadol, présentée dans le cadre de la biennale Vevey images 2020. Un panneau de plusieurs mètres de côté y déployait, projetées par un beamer, des sculptures mouvantes, générées par des algorithmes entraînés sur les données produites par des électroencéphalogrammes. Une peinture, en somme, où données et algorithmes remplacent pigments et pinceaux.

Spectaculaires, les oeuvres de ce genre ne cessent de se multiplier et disposent, dans notre ère numérique, d’une visibilité accrue, au point de faire croire – à tort ! – à un courant inédit. Or si, malgré sa riche tradition, l’art génératif est encore trop rarement enseigné en histoire de l’art et dans les écoles, c’est surtout que – comme le dit avec élégance Alessandro Baricco dans The Game, son essai récemment primé par la Fondation Charles Veillon – nous avons été “distraits”.

Qui se promène sur ses pages connaît ma ferveur dès qu’il s’agit de considérer l’informatique comme une science humaine. Voir une communauté de pratiques derrière un langage de programmation ou une poétique dans un code source sont désormais des évidences. Cette vision, qui se refuse à réduire l’informatique à un outil et contribue à une éducation numérique inclusive gagne toujours plus de disciplines. Les formations continues visent à diffuser ce mélange des genres en formant enseignant·e·s, artistes, auteur·e·s et citoyen·ne·s.

Nathalie Dietschy
Nathalie Dietschy

L’année prochaine, en plus de la formation continue en fiction interactive, j’aurai le plaisir de donner, en compagnie de Nathalie Dietschy (récemment nommée Professeure assistante en histoire de l’art numérique à l’UNIL), une formation d’une journée dédiée à l’art génératif. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que nous avons hâte de vous y voir ! Entre une matinée dédiée à l’histoire de ces oeuvres et aux clefs à même de les lire, et l’après-midi consacrée à l’écriture de code génératif, chacun·e devrait s’en retourner les yeux et les mains pleines de techniques à partager.

Les inscriptions sont ouvertes dès à présent sur la page dédiée du site de la FCUE. Ne tardez pas : suite au COVID, les places sont encore plus limitées !


Précédent Suivant

keyboard_arrow_up