menu Menu
Libre sur les quais
Dédicaces de Je connais tes oeuvres
Publié en Blog, Dédicace, Festival, Littérature, Suisse, Table ronde le 10 septembre 2012 4 minute(s) de lecture
Tournée de Noël Précédent Au salon, le livre Suivant

La troisième édition du Livre sur les quais s’est achevée hier. Une véritable réussite qui rebondira dans les médias quelques jours encore. Comme d’habitude, les prophètes de la mort du livre et tous les grincheux du numérique peuvent aller prêcher plus loin. Petite analyse d’un beau succès et d’un grand coup de coeur.

Sea, books & sun

Il y a bien sûr le temps. Pour ses trois éditions, la manifestation a pu compter sur une météo clémente. Soleil haut, lac d’huile. Au plus fort de la journée, l’air gazeux. Evidemment, on allonge plus facilement le pas une glace à la main. D’autant que le lieu vaut le détour. Les quais de Morges sont sublimes et la tente abritant l’événement ne vient rien gâcher. Blanche, petite, elle laisse auteurs et lecteurs aller et venir librement avec ses pans relevés.

Libre sur les quais

Librement? Oui. Inutile d’amener votre invitation ou de payer votre obole pour passer des Securitas crispés sur des bornes. Ici, la billeterie ne sert qu’aux croisières littéraires. Pour le reste, l’entrée sous la tente est gratuite. Et qui dit entrée, dit sortie. Le livre sur les quais offre en effet cette merveilleuse possibilité de faire un petit tour, boire un café sur une terrasse parce qu’on a rencontré une vieille connaissance autour d’un livre, se hasarder ensemble à l’une des 130 tables rondes pour finalement revenir sous la tente un peu plus tard, histoire d’obtenir sa dédicace auprès d’un des 300 auteurs présents.

Service compris

Et puis à Morges, il faut bien le dire, on ne soigne pas que le lecteur. L’auteur aussi est à la fête. Palexpo a beau faire dans le pharaonique niveau décor, pour qui y signe, le Salon du Livre a un côté camping. Vous voulez boire quelque chose? Pensez à prendre votre thermos sur le stand. Et pour ce qui est de manger, il va falloir faire la queue dans une cantine. A vos frais, évidemment.

A Morges, rien de tel. Chaque heure, le staff vous offre une petite bouteille d’eau et un grand sourire. Pour ce qui est de manger, il vous suffit de vous asseoir dans l’un des restaurants partenaires (Casino, Mont-Blanc, etc.) et de présenter votre bon pour un plat qui ne se moque de personne.

Coup de sac

Mais la clef du succès est plus subtile. Et pour cause! Elle est dans ce qu’on ne voit pas. Vous aurez beau chercher, à part sur les cartons cachés derrière les auteurs, vous ne verrez mention ni d’une maison d’édition, ni d’un libraire. Au-dessus des écrivains, un simple câble avec leur nom accroché par des pinces à linge. C’est tout? Oui, c’est tout. Du coup, comme me le disait une lectrice hier, “derrière chaque livre, il y a un auteur”. C’est vrai Madame. Et mieux encore: ils ne se connaissent pas.

La répartition des places dans le salon est clairement atypique. A l’exception du coin jeunesse, pas de regroupement thématique. A ma droite, Jean-Claude Métraux avec sa “Migration comme métaphore” aux Editions la Dispute. A ma gauche, Jean-Daniel Robert et ses “dravasses” chez Encre Fraîche. Au livre sur les quais, remettre l’auteur au centre, c’est donc désarticuler jusqu’au bout la logique diffuseur-éditeur. Résultat? Les grands voisinent les petits et les sujets se mélangent. De quoi désorienter les passants qui retrouvent leur curiosité et se laissent accrocher par l’essentiel: les livres. Et les gens.

“Une minute. J’ai reconnu mon libraire de Pépinet sous le T-Shirt Staff.” C’est vrai. Ces livres il faut bien les amener et c’est évidemment Payot qui s’en charge. Mais l’enseigne le fait avec classe: Pascal Vandenberghe tient à laisser l’auteur en première ligne. Pas de logo vert et rouge et un bénéfice reversé à l’association du Livre sur les quais. Au final, si l’aventure profite à Payot, c’est parce qu’elle profite d’abord au livre. Et pour un véritable auteur, c’est tout ce qui compte.

Bref, un grand bravo aux organisateurs, un grand merci aux nombreux lecteurs qui ont craqué pour Je connais tes oeuvres et à l’année prochaine!


Précédent Suivant

Les commentaires sont fermés.

keyboard_arrow_up