menu Menu
Code/Poésie : Digital Lyric
Retour d'expérience sur les installations Cristalloésie et Poetry Hero (partie 1)
Publié en EPFL, Esthétique, Humanités, Linguistique, Littérature, Médias, Médiation, Musée, Numérique, Publication numérique, Suisse, UNIL le 17 février 2020 4 minute(s) de lecture
Code/Poésie : A la recherche des cristaux Précédent En très bonne compagnie chez les Barbouzes ! Suivant

Voilà trois ans que le printemps de la poésie a enflammé la Suisse romande. Qui aurait pu imaginer que la poésie (qui vend si peu) n’attendait qu’un festival pour se déployer? Quelques années plus tard, pourtant, les faits sont là. Le printemps n’a fait que croître, mobilisant toujours plus de partenaires.

Membre du jury du concours de Twaïkus dès sa création, j’ai pu constater – sans surprise – que la poésie était la bienvenue sur Twitter. Sur le nombre de Haïkus évalués chaque année (amplifié par le réseau qui encourageait les rafales) éclataient de vraies perles qui méritaient leurs prix et sur lesquels le jury, fait de linguistes, d’auteur·e·s et de personnalités du monde académique, n’avait pas grand peine à s’accorder.

La poésie s’était donc sans peine frayé un chemin sur les nouvelles technologies. L’heure était venue pour le match retour : amener le code informatique sur les terres de la poésie. Artistes et académiques ont pavé la voie. Pour moi qui écris des lignes de codes et de la littérature, les clivages sont inopérants. Les descriptions de l’un comme de l’autre sont capables de créer de vrais chocs esthétiques. Il fallait donc rapprocher les mondes. Belle rencontre : Antonio Rodriguez, à la source de l’événement avait entendu le même type de discours à New York. C’était d’ailleurs décidé : le prochain printemps de la poésie serait digital.

Qui pouvait mieux répondre à cette invitation à mêler les genres que la Section des sciences du langage et de l’information? Depuis quelques années, notre section rassemble – dans une même unité – linguistes et informaticien·ne·s. Si les modèles de pensée ont bien des affinités, nous manquons encore de projets communs.

Nous sommes en 2018. Alors président de section, j’invite Antonio Rodriguez à rencontrer l’entier de notre section et à nous parler de sa vision du printemps et de son projet de créer une exposition itinérante qui interroge la littérature “par-delà le livre” (et qui vaudra à son projet Agora d’être distingué par le Prix Optimus).

Des collègues manifestent sans attendre leur intérêt à participer. François Bavaud propose une visualisation cartographique des événements poétiques. Aris Xanthos imagine une anthologie poétique à la Spotify (menée de concert avec la HEIGVD). Quant à moi, j’ai la drôle d’idée de créer une correspondance entre traces vocales et artefacts visuels.

Pour ce projet, l’équipe ne fait aucun doute : Mélanie Lancien, phonéticienne dans la section saura parfaitement traiter le signal vocal. Quant à Loïc Cattani – artiste digital rencontré lors de nos performances communes lors du labo 6*15 dédié au glitch – il saura, en développeur confirmé, prendre le lead sur l’architecture d’ensemble de notre code. Ensemble, nous définirons la direction artistique du projet.

Nous nous rassemblons et tombons d’accord. Le projet Cristalloésie est lancé. Après quelques échanges avec un Antonio Rodriguez enthousiaste, cette installation s’assortit d’un second volet. Poetry Hero, une seconde installation nettement plus “gamifiée”, permettra de “scorer” en s’approchant le plus près possible du phrasé poétique de comédiennes et comédiens enregistré·e·s pour l’occasion. L’occasion, dans la ligne ouverte par notre UNIL Gamelab, de proposer de la médiation scientifique au travers du jeu.

C’est donc confirmé : nous serons de l’exposition avec non pas une, mais deux installations! Il est temps de préciser notre pensée.

Ce billet appartient à une série d’articles sur les installations “Cristalloésie” et “Poetry Hero” exposées du 14.02.2020 au 10.05.2020 au Château de Morges, dans le cadre de l’exposition Code/Poésie. Le second billet est disponible ici.


Précédent Suivant

keyboard_arrow_up