L’armée doit défendre les faibles, dont les hommes

par le dans , ,

L’armée doit défendre les faibles, dont les hommes

La semaine dernière, je vous racontais que les mirages avaient tué la bombe qui avait tué le hérisson. L’intervention présidentielle dans l’émission Infrarouge vient de me donner une autre occasion de traquer le hérisson. C’est que le bougre sait se travestir. Venez, promenons-nous dans les bois. Croyez-moi, le loup n’y est pas.

Faibles femmes

Qu’y avait-il dans cette émission? Oh beaucoup de choses. Déjà une révision des chiffres. Les 4.4 milliards seraient sous-évalués. Monsieur Froidevaux refuse les 9 milliards du GSSA, mais ne tait pas une estimation à 6 milliards. Peu importe. Quand on aime on ne compte pas. Et puis, l’argument a assez été répété pendant l’émission: l’armée c’est comme les impôts et les légumes. Il faut se forcer, c’est pour notre bien. Alors quel est cet argument coup de poing? Réponse en images.


L’armée doit défendre les faibles, dont les femmesHumour

La vidéo a réussi à se faire sa place sur Koreus, un site  tout de même réputé pour recenser essentiellement des séquences aussi débiles que virales, dont le fameux epic fail du siamois. Certains classements jugent, mais l’essentiel est ailleurs. Au-delà des coups de gueule féministes et des moqueries générales, en associant femme et faiblesse, notre Président a certainement fait mouche, et pas que chez des caricatures de musées. Explications.

Mis à mâle

Dans son numéro de Juin, l’excellent Books pondait comme à son habitude une couverture nettement plus racoleuse que son contenu. Thème du mois? La fin des mâles. Le constat a beau être programmatique, les indicateurs sont multiples.

Il y a d’abord les carences génétiques. L’homme vit moins longtemps, est davantage ciblé par les maladies graves. Et la situation ne s’améliore pas. On dit souvent que derrière tout grand homme se cache une grande femme. Apparemment, ce sera surtout pour pousser la chaise roulante.

Ensuite, il y a l’école. Depuis un certain temps, les mâles y peinent. Résultat de la vague féministe? Causes biologiques? Différences dans les rythmes de développement? Peu importe. Les résultats sont là. A l’école, les filles devancent nettement les garçons. Dans quelques années, les quotas pourraient bien s’appliquer aux hommes, minorisés par leurs propres performances.

Enfin, il y a la crise existentielle. Que veut dire être homme aujourd’hui? Nombreux sont ceux qui ne savent plus vraiment et cultivent une immaturité transitoire. Il faut dire que l’image du patriarche a du plomb dans l’aile. Dans mon enfance, Brel pleurait le Far West mangé par ses oncles. La situation ne s’est pas arrangée.

En somme, le temps du guerrier qui démontrait sa supériorité génétique sur le champ de bataille est révolu. Musclor a trouvé refuge dans les séries télévisées (et encore, pensez à la triste fin de Khal Drogo; qui finira par diriger son peuple?). Ce guerrier, la société n’est pas seule à l’avoir déchu de son trône. La faute revient aussi à la technique. Un proverbe ottoman dit que la « virilité est morte avec l’invention des armes à feu ». C’est vrai. Armés d’un FAS90, homme, femme et enfant sont tout aussi dangereux les uns que les autres, ce que soulevait déjà Full Metal Jacket dans sa terrible scène finale.

La recrue, valeur refuge

Et c’est là que l’intervention d’Ueli pourrait bien faire mouche. Pour l’homme moderne bousculé dans ses rôles traditionnels, la tentation est forte de se tourner vers une valeur refuge. A l’impression d’émasculation généralisée, la caserne semble pouvoir proposer un remède. Voici au moins un domaine où les femmes ne nous disputent rien, et où l’on peut boire en paix. La stratégie du hérisson se répète en se déplaçant: censée protéger le pays de ses voisins, elle sert désormais à protéger les hommes de leurs voisines.

Faut-il donc voter non à la réforme du 22 septembre? Si l’on s’obstine à croire que John Wayne est l’icône de la masculinité, oui, il le faut. Si l’on pense que le genre compte plusieurs dimensions (psychologique, hormonale, sociologique, etc.), alors on peut lâcher le hochet d’acier et partir à la recherche de notre vraie place. Parce que oui, même sans armée, nous aurons toujours besoin de pères.


Couverture de "Tout ce qui remue et qui vit", roman d'Isaac Pante

Dernière parution

Dans la petite station thermale de Vals, on croirait presque au déluge. Tandis qu’un congrès de psychanalystes se déroule dans la salle des fêtes du Grand Hôtel des Bains, une étrange épidémie se répand de chambre en chambre et pousse chaque personnage dans les retranchements de sa sexualité. Nul n’en sortira indemne.

Tout ce qui remue et qui vit n’est pas un roman à mettre entre toutes les mains. Au croisement de la pornographie et du fantastique, il analyse ouvertement les relations de notre société avec l’intime, dans un style soutenu et cru.

« »