2014 : mes 7 coups de coeur littéraires

par le dans , ,

2014 : mes 7 coups de coeur littéraires

Encore en train de remplir la hotte? Voici le best of de mes lectures 2014, histoire d’ajouter du papier sous le sapin. Promis, ces livres-là ne finiront pas dans la cheminée.

81VZc-YIAiL

Manuel sur les techniques de la bande dessinée, Understanding Comics (L’art invisible) est aussi une profonde réflexion sur les langages formels, le temps et l’être humain. C’est bien simple, si j’avais une classe de philo, j’en ferais une lecture obligatoire. Un incontournable (merci Matthias Forbach)!

51t6M6lcEeL

“Autant l’égalité des sexes doit être revendiquée dans le domaine politico-socio-économique, autant la constitution d’une relation de couple masculin-féminin est une création psychique qui implique la reconnaissance exaltée de l’altérité de la différence des sexes.” Jacqueline Schaeffer dépasse Freud de la plus belle des façons: en l’amenant au coeur du continent noir. Livre sur la jouissance féminine, Le refus du féminin élève la Sphinge à la hauteur de l’Oedipe. Cossu, magistral.

91M23UveO0L

Pereira, journaliste pétri de nostalgie, bien à l’abri de la grande histoire devient, à force de rencontres et de choix, le contemporain des luttes de son temps. Arendt a écrit le livre de la banalité du mal. Avec Pereira prétend, Tabucchi nous offre le roman de la banalité du bien.

PetitPeau

Naples méritait bien son grand roman: Malaparte le lui a donné avec La Peau. Les Napolitains en ont beaucoup voulu à l’auteur. C’est dire si le livre est bon. De temps en temps, on s’attendrait presque à rencontrer Robert Jordan sortant d’un bar. Amateurs d’Hemingway, soyez les bienvenus.

9782867440861

Canapé, liste de courses, flasque d’alcool, amants, embruns, flasque d’alcool. Par petites touches, Duras décortique les enjeux de La vie matérielle. La maison, l’homme et la femme qui tournent dedans. C’est du Baudrillard vécu, avec de belles pensées sur l’écrire. A lire.

Anamnèse orchestre035

Claustria, trop touffu, m’est tombé des mains. Sévère donne beaucoup plus avec beaucoup moins. Sur le fil du rasoir, Jauffret raconte la tragique relation sado-masochiste du banquier Stern du point de vue de l’assassine. Beau bréviaire sur l’amour et le pouvoir.

Memoire_de_mes_putains_tristes

“L’année de mes nonante ans, je décidai de m’offrir une folle nuit d’amour avec une adolescente vierge”. Incipit coup de poing pour un récit plein de nuances. Car dans la chambre, voici la promise endormie. Le vieillard ne la réveillera pas. D’un rendez-vous à l’autre, Gabriel Garcia Marquez montre le désir, le destin et le temps dans Mémoire de mes putains tristes.

cover

Bonus italophone: La comédie est un art délicat. Diego de Silva fait mouche avec Non avevo capito niente. Vincenzo Malinconico, avocat napolitain malchanceux, juste largué par sa femme, fait face à l’absurdité de sa condition et réapprend à vivre de coup dur en coup de chance. Burlesque comme du Fante, la mafia en plus. Da leggere!

Allez, Joyeux Noël tout le monde. Et vivement 2015, qu’on lise!

« »